Encadrée. Un exemple de coïncidence visuelle…

Les interactions entre oeuvres et passants constituent mon sujet favori, lorsque je photographie dans des lieux d’exposition.

Vous avez déjà eu l’occasion d’en avoir un petit aperçu ces derniers jours, avec mes précédentes images du Salon de la Photo, alors que j’exploitais la juxtaposition entre « personnes réelles » et visages photographiés, ou que je jouais avec les échanges virtuels de regards entre modèle, passants, mais aussi la photographe que je suis et par extension vous qui regardez l’image réalisée.

 

Sur la photo d’aujourd’hui, j’emploie un petit « truc » encore légèrement différent, qui consiste à encadrer un visiteur dans un cadre de l’exposition.

J’aime particulièrement cette astuce car elle fait se rapprocher plus encore le visiteur (humain réel) des oeuvres (humain représenté) en entretenant la confusion entre les deux. Le passant semble alors se confondre dans l’oeuvre…
Où peut-être est-ce le modèle qui vient de sortir du cadre pour devenir soudainement spectateur ?!

Framed

Le point de départ de cette prise de vue n’est, en réalité, pas du tout aussi « conceptuel » que cela, même si j’ai toujours ce genre d’idée derrière la tête lorsque je photographie une expo photo. 😉

 

En fait, j’ai tout d’abord repéré cette jeune fille et ses bottines roses.

Et, moi qui envisageais, jusque là, mes images plutôt en noir et blanc (j’aime mettre en valeur l’humain en monochrome, et la conversion N&B permet de fondre encore davantage le passant dans les photos, surtout quand elles sont elles-mêmes monochromes), je me suis mise à penser « couleur ».

J’avoue que j’ai alors discrètement poursuivi la jeune femme de mes assiduités photographiques !… J’ai évolué avec elle à travers quelques expositions. Evidemment, quand elle s’est mise à fouler le tapis bleu, mon sang n’a fait qu’un tour.
Mais ce n’était pas encore tout à fait suffisant pour mon image…

J’ai donc adopté cette vue frontale et essayé, en me déplaçant moi-même pour accompagner ou contre-balancer le mouvement de la jeune femme, d’inscrire le haut de son corps dans l’un des cadres de manière à ce que celui-ci masque le modèle original de la photo exposée.
Et voilà le résultat.

 

J’apprécie particulièrement que la jeune fille, à la chevelure et aux vêtements sombres, se fonde vraiment dans cette oeuvre réalisée sur fond noir. J’ai tendance à penser qu’en perdant en lisibilité, on gagne en expressivité !

Le fait que l’on devine tout de même très légèrement le modèle de l’oeuvre originale donne une impression de dédoublement… On se demande si la fille aux bottines roses va être engloutie dans l’image, ou plutôt se retourner pour nous faire découvrir son visage, peut-être alors habillé de piercings, de tatouages, et avec ce regard fort qui semble caractériser cette série !
L’opposition « de face » / « de dos » est amusante, visuellement, et permet qu’encore une fois, à travers leurs regards pénétrants, les modèles de la série photographique présentée semblent presque plus réels que le passant qui les observe, pourtant là en chair et en os.

 

Cette image a été réalisée à l’exposition « Rock », de Thibault Stipal, au Salon de la Photo 2013.

Vous donnera-t-elle envie, de même que les précédentes, de réaliser un reportage original lors d’une prochaine visite d’expo photo ? 🙂

16 comments

  • Corinne

    Très bonne idée et superbe réalisation ! J’adore !

  • neida

    Encore une très bonne idée très bien réalisée qui nous permeten même temps de decouvrir les superbes portraits de Thibault STIPAL.

  • Pascaline

    La première chose que je me suis dite en voyant cette image, c’est « wouah, superbes ces chaussures roses ! » 😉 Effectivement ça clash sur le tapis bleu !
    Et j’aime aussi beaucoup l’idée que la demoiselle soit « encadrée », avec toutes ces personnes qui nous regardent de face et elle qui est de dos, c’est une image forte je trouve…

  • stipal

    Merci Anne Laure
    joli projet
    bonne continuation
    Thibault

  • Séverine

    le sol et les bottines, plutôt flashie comme couleurs, photo au naturel Anne Laure ?

  • Laurence

    Tout me donne des envies ici ! Avec quelques années de retard, c’est l’expo Raymond Depardon qui est à l’affiche dans ma ville, je vais essayer d’âtre aussi inspirée …

  • carla b

    superbe photo! j’aime beaucoup aussi l’histoire de cette démarche… je trouve assez incroyable cette façon de faire évoluer rapidement et spontanément l’objectif ou l’idée initiale (ici le passage du noir&blanc à la couleur), d’avoir l’oeil réceptif au moindre détail (les bottines roses) et de le réinvestir immédiatement,… j’admire cette construction de l’image, comme j’ai pu l’évoquer lors de notre rencontre au salon… rencontre dont je suis ravie et encore portée par l’échange, la disponibilité, la simplicité et la richesse des mots et le regard porté sur les choses! regard qui pétille de surcroît! merci ; )
    carla

  • Jean-Pierre

    Bonjour Anne-Laure, j’aime vraiment cette façon de mettre en avant l’Humain et de les placés judicieusement dans certaines situations. Ça donne de la force et de l’originalité, pour me faire la main je tenterai dans un Musée quelconque car ici les expos photos ce n’est pas encore la mode! Ton image ne laisse pas indifférent, et on peut imaginer pleins de scénarios la dessus je te donne raison!

  • Ingrid

    belle démarche photographique et super résultat! fan! je crois me reconnaitre quand tu décris avoir repéré ton modèle et tel un profiler tu analyse les lieux, la compo et ce que tu voudrais raconter à travers cette image!!! ces moments là font vibrer!!!

  • Anne-Laure Jacquart

    Merci à tous pour vos gentils messages et vos compliments !

    Corinne, Neida, Pascaline, un grand merci pour vos compliments sur cette image : l’idée mais aussi la réalisation !

    Merci Thibault pour le petit mot ! 🙂

    Séverine, au naturel, oui, bien sûr !
    J’indique dans mon récit de prise de vue que ce sont ces bottines roses d’une couleur très vives qui ont particulièrement attiré mon regard au départ. De plus, n’as-tu pas remarqué toutes ces moquettes colorées au Salon ? Bleues, rouges… peut-être bien jaunes ?!

    L’image est on ne peut plus naturel ; elle correspond en tout cas à ce que j’ai vu. J’ai cependant dû, cette fois-ci, corriger la balance des couleurs au traitement car la tonalité jaune des éclairages faisaient que les bottines n’étaient plus roses, mais rouges !!

    NB, Séverine, tu n’es pas obligée de dupliquer tes commentaires sur Facebook et ici. 🙂 Les poster ici, sur le site, c’est encore mieux, mais tu peux les mettre tantôt sur Facebook et tantôt sur le site selon ce qui t’arrange.

    Laurence, très bonne idée que de photographier à l’expo Depardon !
    La prise de vue est moins facile avec d’autres types de photos que des portraits mais je suis sûre que tu vas trouver des choses super à faire. Il y a quelques années, j’avais aussi réalisée une série photo en hommage à Sarah Moon au cours de l’une de ses expositions. Il faudra que je la remette en ligne un de ces jours.

    Carla, oui cela me tient à coeur de partager ainsi ma démarche de prise de vue car beaucoup de photographes amateurs pensent que, pour les photographes confirmés, tout « se fait tout seul », que l’image s’impose à nous, qu’il n’y a pas vraiment de travail à effectuer, que c’est naturel.
    Or, évidemment, on acquiert pas mal d’automatismes et la démarche de prise de vue qui consiste à faire des choix quant aux paramètres photographiques et à créer des liens entre des éléments du décor etc. est sans plus plus rapide, plus fluide… Cela ne signifie pas pour autant qu’elle n’existe plus, et je trouve cela très intéressant de l’écrire noir sur blanc et de vous la faire partager. 🙂

    Merci aussi pour la rencontre au Salon, c’était vraiment très sympa ! Tes compliments me font très plaisir. 😉

    Jean-Pierre, les musées sont aussi un terrain de jeu formidable (quand on ne nous empêche pas d’y faire des photos) car les oeuvre y sont évidemment encore plus variées que dans les expos photo. J’espère que mes photos t’inspireront bien pour tes propres images !

    Ingrid, alors toi aussi tu es une spécialiste de l’analyse du contexte de prise de vue, de ses possibilités photographiques ?! 🙂 Je pense que c’est vrai une méthode qui a un grand potentiel pour la création d’images. Et c’est vrai que lorsque l’on est pris dans l’engrenage et que l’on sent les pièces du puzzle se mettre en place, on est vraiment à fond dedans, c’est très excitant ! 😀

  • Marine

    Ah ah cette photo me fait penser à l’exposition de ton papa que tu avais présentée il y a quelques temps ! Enfin, pour le sujet en tout cas, pas dans la façon de le traiter ;-). J’aime beaucoup le cadrage, la position de la femme, et ton humour qui transparait… Joli moment décisif, comme on dit !

  • Aymeric

    Du grand Anne-Laure Jacquart dans toute sa splendeur !
    J’adore !

  • Le P'tit Nicolas

    Superbe composition… et bien que j’apprécie les bottines roses, je crois que je préfère la version recadrée en entête de l’article !

    Je la trouve plus forte, plus expressive encore, comme tu le dis…

  • Jeannine

    C’est sympa de pouvoir avoir vos conseilles. Pour cette photo, vous allez rire, comme je m’intéressait surtout au texte (les conseils), j’avais vu plusieurs photos de visages en me disant je reviendrai dessus, mais je n’avais pas remarqué que c’était une seule photo et que la jeune femme du coup était incluse dans la photo, puisque pour moi il y avais plusieurs photos, comme quoi si on ne regarde pas attentivement on est vite dans un autre monde et notre imagination fait le reste…! du coup lorsque je pourrait me déplacer plus facilement j’essayerai d’aller m’exercer dans des salons, merci pour l’idée.

  • Anne-Laure Jacquart

    😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *