« Je t’aimais tant entre les tours de Bruges et Gand »…

Durant mon court séjour à Gand, j’ai eu sans cesse dans la tête cette chanson de Brel et qui dit « Je t’aimais tant entre les tours de Bruges et Gand »…
Il s’agit de la chanson « Marieke », au texte mêlant français et flamand (vidéo youtube en fin de ce post, pour la bande son ! 😉 ).

 

Il est vrai que les belges sont vraiment les champions des tours !!
Rien qu’à Gand, on pourrait simplement chanter « entre les tours de Gand et Gand » ! 😆

 

Gand

 

J’aime bien la composition de cette photo et ses différents éléments rassemblés : les monuments impressionnants à l’arrière-plan, le canot sur le canal, la passante marchant sur le quai et, bien sûr, les amoureux au premier-plan et ce regard tendre dans les yeux de la jeune femme. 🙂

Voilà une mise en scène parfaite pour la chanson de Brel, n’est-ce pas?!

 

 

Ce cocktail de néerlandais et de français me rappelle également de bon souvenirs car, oui, à Gand, on parle le flamand au moins autant de l’on mange de délicieuses gaufres et que l’on boit de la bière ! 🙂

Bonne journée à tous.

14 comments

  • matthieu

    Autant le reste de la photo me parle autant le couple d’amoureux au premier plan me semble absurde et mal positionné. il y a quelque chose qui me dérange dans cette composition comme un trop plein et justement trop de volonté de superposer les plans. Autant cela fonctionne avec les tours / le cannot / le promeneur… autant je n’accroche pas le premier plan.

    J’espère ne pas être trop dure. Et peut être est ce juste moi…. au plaisir dans tous les cas de découvrir avec plaisir d’autres de tes photos…

  • robert

    Bonsoir Anne-Laure,
    Au premier regard , j’ai flashé sur cette image qui est très belle mais instantanément, mon oeil a été gêné par ce couple qui s’interpose, j’aurai aimé qu’il parte et ne me cache (gâche) plus ma vue. Mais je comprends très bien la relation avec la chanson du grand Jacques.
    Pour le deuxième regard, que penses-tu du redressement de la perspective afin de retrouver la verticalité de l’édifice ?

    • Anne-Laure Jacquart

      Merci Matthieu et Robert pour vos avis constructifs ! 🙂

      J’ai plutôt trouvé le lien avec la chanson de Jacques Brel après coup mais j’ai aimé à la prise de vue cette superposition de plans, avec les amoureux au premier-plan.

      Ceci dit, cette photo a plusieurs caractéristiques qui peuvent être un peu perturbantes : la position du couple, assez excentrée, leur donnant en quelque sorte le rôle d’élément secondaires alors que la présence d’un visage les définit comme point fort, le regard de la jeune femme tourné vers l’extérieur de l’image tout comme la passante qui marche également vers l’extérieur du cadre, la perspective pas tout à fait franche mais bien présente …

      Personnellement, j’aimerais sans doute aussi la photo sans le couple mais elle me semblerait bien plus banale.
      Je trouve que cette présence donne un peu de sel à la scène. 😉

      En fait, théoriquement, l’idée serait que le couple ne s’interpose pas mais soit au contraire un relais vers le décor, que l’on puisse s’identifier à eux ou se balader en leur compagnie. 🙂

  • Joanne Brien

    Moi j’aime bien ce couple au premier plan c’ est à mon avis le sujet principal de la photo, c’est là que se pose nos yeux en premier. L’arrière plan , le bateau, le marcheur , nous dit ou était ce couple , c’est le décors et la mise en scène.Sans ce couple la photo serait très belle mais un peu plus ordinaire.

    • Anne-Laure Jacquart

      Hihi, merci Joanne de me remonter le moral !! 😀 😉

      Comme toi, je trouve que la photo serait bien plus ordinaire sans le couple au premier-plan.
      Il me semble que cette présence amène à cette image un côté « photo humaniste » ou « street photography », qui la rend plus vivante d’une simple photo urbaine…

      Effectivement, le couple constitue le point d’accroche et le point fort de la photo. 🙂

  • René

    Peut-être que le premier commentaire induit les autres….

    S’il faut absolument analyser une image avec la chanson ‘Marieke », j’y vois plutôt une séparation….. « c’est fini… » dit Jacques dans cette chanson. Le regard de la femme au premier plan est plutôt un regard de défi…… un peu ambiance à la Stromae…

    Tandis que la femme au deuxième plan symbolise la personne qui s’en va et quitte ce cadre….

    Et la barque pourrait signifier qu’on à tous les mêmes galères en amour…

    Vision plus pessimiste que toi Anne-Laure.

    • Anne-Laure Jacquart

      Oh là là oui, René, quel pessimisme !! 😆

      D’un côté, on ne peut pas nier que la chanson « Marieke » n’est pas forcément très gaie et que ton interprétation se tient.

      Comme je le dis souvent, c’est davantage le lecteur que l’auteur qui fait, la plupart du temps, le sens d’une photo.
      A chacun de me raconter son histoire ! 🙂

      Moi, je ne peux pas m’empêcher de toujours pencher, ou presque, pour l’optimisme. J’aime les belles histoires qui finissent bien ! 😉

  • Gérard

    Bonsoir Anne-Laure !
    ta photo a un certain charme cela est indéniable ! Je te laisse ta libre interprétation et corrélation entre la chanson de Brel (par ailleurs très belle chanson), cela retranscrit tes sentiments, donc je ne conteste pas 🙂
    A la lecture des différents commentaires précédents, je suis en effet aussi réticent à ce premier plan d’amoureux.
    Pour moi, l’idéal aurait été justement l’inverse : le couple sur la gauche du cliché et donc regardant dans la photo (et non vers l’extérieur) et la promeneuse vers la droite du cliché, allant à la rencontre du canot et non semblant dépassée car se tournant le cou.
    Mais, mais, la scène était telle et ton ressenti et ton interprétation sont tiens Anne-Laure, donc respect et surtout continue de nous interpeller avec tes clichés ! Finalement c’est cela le plus positif car cela nous oblige à toujours nous interroger sur la faon de partager une vue, une émotion, un ressenti.

    • Anne-Laure Jacquart

      Merci Gérard pour ce retour ! 🙂

      N’étais-tu réticent à la présence des amoureux au premier-plan qu’après la lecture des premier commentaires ??

      Il est vrai que, pour pas mal de photos aux sujets inanimés, on peut quasiment mettre en scène sa photo en jouant sur notre angle de vue et notre cadrage pour placer tel sujet à gauche de tel autre, ou à droite de la photo etc.
      Et live et sur des sujets mouvants, c’est tout de même une autre paire de manches ! 😉

       

      Personnellement, je ne suis pas sûre que le couple aurait été mieux placé à gauche de la photo. Car, dans tous les cas, la jeune femme ne regarde pas dans l’image : elle a le regard tourné vers nous et non vers l’arrière-plan.

      Cela me donne l’impression que sa position à droite de la photo avec cette direction de regard s’associe bien à l’effet de perspective de l’arrière-plan mais, évidemment, avec ce genre de photos, on ne peut pas facilement réaliser différentes variantes pour comparer l’impact visuel des différentes options !

      Le plus intéressant est sans doute, en effet, de se laisser interpeler par une image et de s’interroger, ou de ressentir, tout simplement. 🙂

      • Gérard

        Le regard d’une personne captive généralement l’intérêt d’une photo a fortiori si ce regard est sur un premier plan aussi évident donc oui Anne-Laure, même sans la lecture des autres commentaires, ce couple d’amoureux monopolisait ma lecture au préjudice des autres thématiques.
        Mais l’art photographique étant TRES personnel je respecte avec infiniment de plaisirs ta façon de faire.
        Pas de soucis.
        Amicalement

  • Patrice Gendreau

    Bonjour,
    je reconnais bien là tes cadrages…subjectifs…la réalité perçue et non celle corrigée..
    J’aime ces plans et la « circulation » entre eux.
    Évidemment ces amoureux, le regard attirant vers l’extérieur du cadre..
    L’inclinaison de l’arrière plan (non parallèle au plan focal) fait glisser le regard vers la gauche, la promeneuse, la solitude, repart vers la gauche, le passé… mais le canot « remonte » vers le couple…on se retrouve à étudier ce regard, est-il amoureux…
    Et puis l’arrière-plan le beffroi et son horloge, le temps…
    est-ce une histoire de toute une vie racontée ici ?

    Ceci dit j’aime ces images, non « parfaites », et la règle des tiers ? et le regard qui sort du cadre ?
    Nous sommes « dans » l’image, obligés de nous poser des questions, entrés dans cette histoire dont nous n’avons qu’un fragile instant.
    Bravo

    • Anne-Laure Jacquart

      Oui oui oui au subjectif qui ne respecte pas forcément les règles bien établies, et à la composition pas politiquement correcte !… C’est tout de même plus rigolo et plus intéressant de s’affranchir parfois de nos carcans, non ? 🙂

      Merci pour tes compliments et ton ouverture d’esprit ! 😉

      Belle histoire que tu nous racontes, en tous cas. 🙂

  • Jean-Pierre

    Une très grande clarté de cette image nous saute aux yeux, la Belgique est à mes yeux méconnus et c’est bien dommage, et là c’est quelqu’un qui écrit ça mais qui n’a jamais posés les pieds dans ce pays! Par contre « l’amoureuse » est vraiment absorbée par son Prince, rien ne la dérange même pas la photographe!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *