Ouvrir l’oeil… Les collants de Julie :)

C’est avec grand plaisir que j’ai pu croiser, cette année encore, la photographe Julie de Waroquier, au Salon de la Photo.

Nous avons papoté tout un moment, sans que je ne fasse attention à sa tenue vestimentaire…

En fait, ce n’est que lorsque quelqu’un lui a demandé de dédicacer un exemplaire de son ouvrage « Rêvalités », et qu’au hasard de la discussion le livre s’est retrouvé ouvert à cette page avec une photo enrichie d’oiseaux, que je les ai remarqués…

Ses jolis collants.
Eux aussi agrémentés d’oiseaux !

Collants1

 

Armée de mon 90mm à la focale un peu trop longue pour l’occasion, j’ai tout de même essayé de faire quelques vues rassemblant la photo aux oiseaux et les collants de Julie.

Je me suis déplacée dans l’espace pour tenter d’intégrer, dans le plan de netteté, à la fois l’oiseau « perché sur son genou » et le point fort de la photo imprimée sur le livre (Je vous ai montré cette astuce de prise de vue il y a quelques semaines, avec ma photo d’un champignon rouge tacheté de blanc et d’une jolie feuille verte. Malheureusement, à cause du piratage de mon hébergeur, cet article n’est pour le moment plus en ligne.).

Les 2 photos correspondantes (la 2ème et la 3ème de l’article) ont, par la suite, été retournées à 180° afin que l’on puisse visionner la photo de Julie de Waroquier à l’endroit. Ses genoux apparaissent donc au dessus et non plus en dessous du livre comme c’était le cas en réalité.

 

Gérer à la fois la composition de l’image et la position du plan de netteté, durant les quelques secondes pendant lesquelles Julie a laissé le livre ouvert à cette page, était un petit challenge et les oiseaux des collants apparaissent finalement plus ou moins nets selon les vues.

Il est assez amusant de remarquer que la taille des oiseaux sur la photo ou le vêtement est à peu près similaire. Mes vues clin d’oeil donnent bien l’ambiance que je souhaitais au départ d’oiseaux semblant sortir du livre pour planer aux alentours !

 

Collants2

 

Par curiosité, j’ai tout de même demandé à Julie si sa tenue était préméditée, même si je me doutais un peu de la réponse.
Evidemment, mon modèle d’un jour n’avait pas choisi ses vêtements au hasard !
Suis-je la seule à avoir remarqué les collants de Julie ? A les avoir photographiés ?! (sans aucun doute ! Mais quelle idée !!…)

 

Et vous, savez-vous ouvrir l’oeil et repérer ce genre de détails ? 😉

Souvent, la réceptivité visuelle fonctionne sur un élément précis que l’on remarque d’emblée et que l’on cherche à exploiter, parfois en l’associant alors à d’autres sujets. D’autres fois, comme ici, c’est la concordance soudaine de 2 éléments du décor qui nous saute aux yeux (cohérence de couleurs, sujets qui se font écho etc.).

Nous allons sans doute continuer à parler de réceptivité, si cela vous dit, dans les jours qui viennent. En effet, je suis en train de vous préparer un petit article complémentaire sur le sujet, pour le début de semaine prochaine.

 

Si vous ne connaissez pas encore les images rêveuses de Julie de Waroquier, le Petit Poucet de la photographie française qui s’illustre dans les magazines du monde entier et captive, du haut de son podium, l’auditoire du Salon de la Photo comme une grande, courez vite visiter son site ! 🙂

10 comments

  • Patrick

    Elle saoule..

  • Thomas Benezeth

    Excellent ! L’article et les photos ! C’est un détail que tout le monde n’aurait pas forcément remarqué, et vu le peu de temps que tu as eu c’est très réussi ! (Au fait Anne Laure, on peut te tutoyer ? J’avais pris l’habitude de le faire en commentant ton blog, mais quand je t’ai vu en vrai j’ai pas osé ^^)

    • Anne-Laure Jacquart

      Merci pour tes compliments, Thomas !
      C’est vrai que j’aime bien remarquer ce genre de détails… Il est très utile de développer sa réceptivité pour progresser en photographie.

      Bien sûr qu’on peut se tutoyer ! Tu pouvais oser, même en vrai, tu as bien vu que je ne mordais pas !! 😉

  • Lallie

    J’adore! Très jolie envolée poétique de ta part 😉

  • Pascaline

    Ah, quel œil Anne-Laure, bravo ! J’aime beaucoup ce que fait Julie, tout cet univers onirique, ça me correspond bien, mais elle doit sacrément travailler ses prises de vue… Pour ma part je serais trop fainéante pour faire pareil (sans compter que je n’ai pas son talent non plus !) 😉

  • Dany51

    Bonsoir Anne laure

    Ta photo, je l’aime bien car je la comprend, elle est compatible avec la réalité……
    Je suis allée sur le site de Julie de Waroquier, mais pour moi, ce ne sont pas de vraies photographies, comme j’aimerai savoir en faire…..
    Bonne soirée

  • louis

    Bonjour Anne Laure,
    En regardant ces photos je viens de découvrir que le regard était, à mon avis, le critère le lus important pour faire la photo qui peut devenir une belle image sans oublier les autres(lumière, position, réglages…). Il ne s’agit pas de voir simplement il faut découvrir le petit détail qui fera la différence et qui sera valorisé dans la composition. Ça parait simple mais c’est devenu pour moi un exercice assez difficile car ce n’est pas mon point fort mais je ne désespère pas . En tout cas continuez à nous faire découvrir vos images qui sont de « la très belle ouvrage ».
    louis

  • neida

    Bien vu ! Voici l’art de mettre en valeur les petits details….

Répondre à Thomas Benezeth Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *